La littérature numérique, existe-t-elle?

Marcello Vitali-Rosati

Abstract


Cet article essaie d’analyser la définition de “littérature électronique” donnée par l’Electronic Literature Organization et de comprendre le rapport entre littérature électronique et littérature numérique. La thèse défendue ici est que ce changement d’adjectif cache un changement du statut théorique de l’objet que l’on essaie de définir. Il y a encore quelques années, la définition de la littérature électronique s’axait sur les outils utilisés pour produire les œuvres littéraires et les analyses critiques se concentraient alors sur des objets produits à l’aide de nouvelles technologies. Le passage à l’adjectif “numérique” détermine un changement de perception : désormais, on se réfère davantage à un phénomène culturel qu’aux outils technologiques et, dans cette perspective, l’enjeu n’est plus d’étudier les œuvres littéraires produites grâce à l’informatique, mais de comprendre le nouveau statut de la littérature à l’époque du numérique. Pour démontrer cette thèse, l’article propose l’analyse d’un exemple littéraire récent : la trilogie 1984 d’Éric Plamondon.

Keywords


Littérature numérique, littérature électronique, interactivité, hypertexte, Plamondon, littérature québécoise

References


– S. Archibald, 2009, Le texte et la technique : La lecture à l’heure des médias numériques. Le Quartanier,

– R. Audet et S. Brousseau, 2011, “Pour une poétique de la diffraction de l’œuvre littéraire numérique”, Protée 39.

– J.-P. Balpe, B. Magné, eds., 1991, L’imagination informatique de la littérature, Presses Universitaires de Vincennes, Saint Denis.

– A. Bellanger, 2012, La théorie de l’information, Gallimard, Paris.

– Bolter et Grusin, 1999, Remediation. Understanding new media, MIT.

– J.-L. Borges, 1957, Fictions, Gallimard, Paris.

– R. Brautigan, 1967, Trout Fishing in America, Four Seasons Foundation.

– V. Bush, 1945, “ As we may think”. Atlantic Magazine, en ligne http://www.theatlantic.com/magazine/archive/1945/07/as-we-may-think/303881/.

– N. Carr, 2011, Internet rend-il bête ?  : Réapprendre à lire et à penser dans un monde fragmenté, Robert Laffont.

– M. Doueihi, 2008, La grande conversion numérique, Seuil, Paris.

– M. Doueihi, 2011, Pour un humanisme numérique, Seuil, Paris.

– M. Doueihi, 2013, Qu’est-ce que le numérique, PUF, Paris

– U. Eco, 2009, La vertigine della lista, Bompiani, Milano.

– K. Hayles, 2007 Electronic Literature : What is it? , en ligne, http://eliterature.org/pad/elp.html

– K. Hayles, 2012, How we think, Chicago.

– Houellebeqc

– H. Jenkins, 2006, Convergence Culture : Where Old and New Media Collide, New York University Press.

– J. Kristeva, 1969, Sèmiôtikè. Recherches sur une sémanalyse, Seuil, coll. « Tel Quel », Paris.

– É Méchoulan, 2010, D’où nous viennent nos idées, VLB, Montréal.

– T. Nelson, 1965, Complex Information Processing : A File Structure for the Complex, the Changing, and the Indeterminate, en ligne http://elmcip.net/node/7367

– É. Plamondon, 1984, trilogie composée par : Hongrie-Holliwood Express, Quartanier, Montréal 2011, Mayonnaise, Quartanier, Montréal 2012 et Pomme S Quartanier, Montréal 2013.

– S. Rafaeli, 1988, Interactivity : From new media to communication. In R. P. Hawkins, J. M. Wiemann, et S. Pingree (Eds.), Sage Annual Review of Communication Research : Advancing Communication Science : Merging Mass and Interpersonal Processes, 16, 110-134. Beverly Hills : Sage.

– P. Sassón-Henry, 2007, Borges 2.0. From text to wirtual worlds, Peter Lang, New York.

– R. Sloan, 2012, Mr Penumbra’s 24 hours bookshop, FSG.

– J. Vareley, 1986, Blue Champagne, ACE.

– Gianbattista Vico, 1732, La scienza nuova, édition Mondadori 1998.

– M. Vitali-Rosati, 2014, Pour une définition du numérique, dans Pratiques de l’édition numérique, sous la direction de M. Vitali-Rosati et M. Sinatra, PUM, en ligne http://parcoursnumeriques-pum.ca


Full Text: HTML

Creative Commons License
This work is licensed under a Creative Commons Attribution 3.0 License.